Sylvie Goulard : un agent d’influence américain exfiltré du gouvernement ?

Jadis, il suffisait de s’acquitter de trente deniers pour le prix de la trahison…

Sylvie Goulard, reine d’un jour ? Au ministère de la Défense, assurément. Elle aura tenu quatre semaines avant d’entonner « Le Chant du départ », emmenant au passage et en retraite Marielle de Sarnez et François Bayrou, soit la dream team du MoDem, façon Chagrin d’amour et leur tube éphémère, « Chacun fait c’qui lui plaît ».

En l’occurrence, Sylvie Goulard aura au moins fait ce qui lui plaisait, à savoir s’extirper du guêpier des affaires du MoDem commençant à dangereusement s’accumuler sur sa petite tête, si pleine et si bien faite. Cette dame n’est effectivement pas la première venue – la preuve par son pedigree.

Lire la suite

Une révolution conservatrice à l’Éducation nationale ?

Les Fables de la Fontaine offertes à tous les CM2, les portables dans un casier à l’entrée des classes… La rue de Grenelle vit une révolution. Jacques Sapir débattait avec Natacha Polony, journaliste et spécialiste des questions de société, et François Durpaire, maître de conférences en sciences de l’éducation.

Emmanuel Macron a affirmé à de nombreuses reprises que la question de l’éducation serait au centre de ses priorités. La nomination de Jean-Michel Blanquer comme ministre de l’Éducation nationale inquiète cependant. Certains voient en lui l’homme du retour aux méthodes du passé tandis que d’autres s’interrogent sur la libéralisation de l’école avec notamment l’autonomie des établissements. Lire la suite

Affaire Ferrand : s’enrichir sans risques

L’affaire Richard Ferrand agite notre Landernau politique. D’un point de vue patrimonial, c’est un coup de maître.

La finance traite de couple (rendement/risque). Elle signifie, en cela, que si l’investisseur s’expose à une probabilité d’échec, de perte élevée, il s’attend à une rémunération supérieure. Celui qui risque son argent dans une start-up veut un retour sur investissement bien supérieur à celui d’un billet du trésor d’un État très solvable. Lire la suite

Le plus d’ Éléments #1 : La nouvelle émission de TV Libertés

La nouvelle émission de TV Libertés : Le Plus d’Eléments

Depuis plusieurs mois, la revue Eléments a fait sa mue pour devenir un incontournable et influent magazine des idées. TV Libertés vous propose de partir à la découverte des personnalités qui fabriquent cette revue de grande qualité. Lire la suite

Alain de Benoist : « la présidence Macron est le produit de ceux qui ne pensent pas »

Victoire d’Emmanuel Macron, érosion du clivage droite/gauche, réveil du socialisme. Comment éclairer les cinq prochaines années ? Entretien avec le philosophe et historien des idées Alain de Benoist.

Il n’a jamais été chose aisée de penser mais cela risque de l’être plus encore. Eh oui, sous la présidence Macron, les françaises seront enjointes d’admirer les couvertures de magazines et de suivre l’exemple de la première dame, nouvel archétype de la femme libérée. Les Français quant à eux devront enfiler le costume noir/chemise blanche cravate noire du bonheur, l’uniforme libéral des troupes d’En Marche. Pour les rebelles, pour les non-conformistes, par contre, peut-être pourrions-nous tenter d’ouvrir quelques pistes, partir de la doxa ambiante, ou disons de la mentalité contemporaine, pour essayer de nous en extraire et de la maîtriser. Lire la suite

Ce que penser veut dire de Alain de Benoist

Cet ouvrage serait chaudement à recommander à tout étudiant en droit ou en sciences politiques.

À la question, maintes fois posée, des dix livres que l’on emporterait avec soi sur une île déserte, l’honnête homme de la société mécontemporaine postmoderne pourrait assurément répondre Ce que penser veut dire, dernier opus du philosophe Alain de Benoist qui, en quelque 370 pages, dresse un incontournable panorama des auteurs et des idées qu’il convient de connaître pour décrypter le monde actuel, dont la perception est inévitablement brouillée par ses artéfacts les plus diaboliques que sont l’omni-écran (télévision et Internet) et le turbo-consumérisme – soit la sidération permanente conjuguée à l’hédonisme frivole et insatiable. Lire la suite

« Votez Jésus-Christ » : l’affiche du diocèse de Gap interdite ?

Dieu, que les laïcards sont tristes…

Enfin une bonne nouvelle : « Le denier de l’Église résiste à la crise. » C’est, du moins, ce que titrait Le Parisien en février dernier. Mais, même si les donateurs ne se font pas tirer l’oreille pour mettre la main à la poche, il n’est pas forcément inutile de leur rappeler que l’Église a besoin de ces dons. Lire la suite

Ivan Rioufol : « La gauche peut gagner à nouveau si la droite se divise ! »

Aujourd’hui, les différences entre le Front national de Marine Le Pen et le reste de la droite ne sont pas telles qu’elles rendraient incompatibles un rapprochement entre FN et Républicains… Et il est urgent de s’en préoccuper, afin d’éviter que le faux nez de François Hollande qu’est Emmanuel Macron accède au pouvoir…

Explications de Ivan Rioufol.

Lire la suite

Macron, la Gauche et Marine Le Pen : Bistro Libertés avec Charles Robin

Martial Bild et les sociétaires de l’émission reçoivent Charles Robin essayiste, auteur de « Itinéraire d’un gauchiste repenti ». Il est diplômé de philosophie et il enseigne à l’université de Montpellier. Lire la suite

Charles Robin : « Cette culture libertaire du libéralisme est une nouvelle forme d’esclavage »

Charles Robin est essayiste. Dans la lignée du philosophe Jean-Claude Michéa, il formule une critique radicale de la société libérale et de la gauche libertaire, notamment dans deux ouvrages : Penser le libéralisme (2013) et La Gauche du Capital (2014). Il est également un contributeur régulier des revues Rébellion, Éléments et Perspectives libres.

PHILITT : Vous rejetez les Lumières car vous voyez en elles l’origine du libéralisme. Cependant, les Lumières ont aussi été une source d’inspiration pour les premiers socialistes, notamment Rousseau et Montesquieu. N’est-ce pas paradoxal ? Lire la suite

François Bousquet : « Le fait que Gauchet signe dans Éléments montre que les clivages se fissurent »

François Bousquet présente la revue Éléments, publication à la fois vénérable, puisqu’elle a 40 ans d’âge, et rajeunie, avec l’arrivée récente de jeunes plumes. Le dernier numéro – qui comprend un entretien exclusif avec Marcel Gauchet – est consacré à la fin du clivage gauche-droite, auquel se substitue une opposition entre la France d’en haut et la France d’en bas, les identitaires (de droite et de gauche) contre les « uniformitaires ».

Lire la suite

Fin des bistrots ou mort programmée de la France des invisibles ?

Dans les années soixante, la France était forte de six cent mille bistrots, il n’en reste aujourd’hui que près de trente-cinq mille.

Les chiffres sont sans appel : dans les années soixante, la France était forte de six cent mille bistrots ; il n’en reste, aujourd’hui, que près de trente-cinq mille. Voilà qui réjouira les ligues de pisse-tiède et d’amateurs de jus de navet.

Lire la suite

«Les libertaires (…) ont servi la soupe au libéralisme financier»

Le système éducatif français est en crise : les différents classements notamment celui de l’OCDE, le démontrent. Jacques Sapir fait le point avec Jean-Paul Mongin, délégué général de SOS Education, Eveline Charmeux, spécialiste des questions d’éducation et Jean-Paul-Brighelli, essayiste. Lire la suite

La perte d’influence d’Hollywood auprès de la population

Hollywood a été pour les Etats-Unis un vecteur puissant de la diffusion, dans le monde entier, de la culture des États-Unis, influençant les esprits et les valeurs, ce qu’on appelle le « soft power ». Mais ce rôle s’est érodé au fil du temps.

Rachel Marsden fait le point avec Jean Tardif, auteur du livre, « Les enjeux de la mondialisation culturelle. » De nombreux artistes, chanteurs et acteurs ont multiplié leurs actions et engagements en faveur d’Hillary Clinton, la candidate malheureuse à l’élection présidentielle américaine face à Donald Trump. Lire la suite

Patrick Buisson : « Cette percée idéologique aura un jour, c’est sûr, une traduction politique ! »

À l’occasion de la sortie de son livre La Cause du peuple, Patrick Buisson évoque Nicolas Sarkozy, Donald Trump, le hiatus entre les promesses de campagne et l’action politique, le combat entre « les enracinés du local » et « les agités du global », Lire la suite