Terrorisme islamiste : quand Christian Estrosi réclame à Bruxelles un hochet à agiter

Lors de la Conférence Euro-Méditerranéenne des villes, « Les Maires face au défi du terrorisme », qui s’est tenue le 29 septembre dernier à Nice, Christian Estrosi a proposé à la Commission de créer un nouveau fonds européen destiné à contribuer à la sécurisation des espaces publics urbains.

Ce faisant, il s’inscrit dans une triple logique : celle du Président de la République et de son gouvernement ambitieux à souhait sur la scène européenne ; celle des eurocrates qui veulent affaiblir les nations par le renforcement du triptyque métropoles – régions – Union européenne ; et enfin, la sienne propre qui consiste à ne rater aucune occasion pour valoriser son image. Alors qu’il ferait mieux de faire l’inventaire du quinquennat Sarkozy, et de sa propre politique clientéliste favorable à l’UOIF, Christian Estrosi est plus soucieux de recourir aux bons services de la Commission européenne.

Mais puisqu’il y tient, commençons donc par supprimer l’ensemble des fonds européens versés aux migrants pour leur soi-disant intégration, à toutes les associations parasites qui les aident à se maintenir sur notre sol, et aux inutiles projets dits de dé-radicalisation. Cela représenterait une économie de plusieurs milliards d’euros qui pourraient exclusivement servir à prendre des mesures radicales, pour que cesse l’immigration-invasion de notre continent, ainsi que les compromissions avec l’islamisme radical.

C’est une proposition que Marie-Christine Arnautu vient d’ailleurs de soumettre aux institutions bruxelloises, sans trop d’illusions toutefois sur leur réponse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *