Communiqué de Presse de Karim Ouchikh

image.karim

Communiqué de Presse de Karim Ouchikh, Président exécutif du SIEL, Conseiller de Marine Le Pen à la Culture et à la Francophonie, Conseiller municipal de Gonesse

La démission du gouvernement Valls confirme l’incapacité du chef de l’Etat à maintenir l’unité d’une majorité présidentielle qui n’est plus que l’ombre d’elle-même et traduit l’inaptitude du Premier ministre à imposer son autorité au sein d’un gouvernement profondément divisé.

A ce constat immédiat s’ajoutent des non-dits. A l’épreuve du pouvoir, la majorité socialiste sortie des urnes en 2012 découvre tardivement l’impossibilité de pratiquer une quelconque politique économique et monétaire alternative à celle qui lui est imposée par les traités européens ; mesurant pareillement les limites d’une stratégie du bouc émissaire qui s’applique à mettre exclusivement sur le dos de l’Allemagne le poids de contraintes institutionnelles imputables aux seules logiques bruxelloises, les socialistes ne peuvent se résoudre pour autant, par enfermement idéologique, à rompre définitivement avec le système irréformable de l’Union européenne.

Quelle que soit la composition du prochain gouvernement socialiste, les mêmes causes non résolues produiront les mêmes effets détestables : la dépendance européenne de la France – qui demeure prisonnière d’un carcan auquel l’UMPS s’est soumis docilement depuis plus de vingt ans, empêchera l’exécutif français de sortir des clous de l’austérité euro-libérale. Incapable tout à la fois de regagner à Bruxelles de quelconques marges de manœuvre économique et monétaire mais aussi de rétablir à Paris l’unité d’une majorité parlementaire aujourd’hui impotente, François Hollande est condamné désormais à dissoudre l’Assemblée nationale, en redonnant enfin la parole au peuple, sans quoi il ne saurait se réclamer demain de la moindre légitimité politique.

La Russie met en place son propre système de cartes

 La Russie met en place son propre système de cartes de paiement : la grille de Poutine à Obama. par Jacques de « fninfos.fr »

russia-paiement

Devant les pressions exercées sur elle par le monde occidental depuis l’éclatement de la crise ukrainienne, la Russie semble avoir plus d’un tour dans son sac pour faire face à la nouvelle situation qui se dessine. De quoi désarçonner ses détracteurs. Surtout que le plus grand pays du monde, par sa superficie, a décidé d’agir là où ça fait le plus mal pour ses adversaires : la finance. En effet, et c’est officiel, le Parlement russe vient d’adopter après une troisième lecture la mise en place d’un système national de cartes de paiement. L’on s’attend donc à un bouleversement du système financier mondial dominé par le dollar. Mais en quoi ce changement impacte le système financier mondial ? Le marché russe offrirait actuellement aux systèmes de paiement mondiaux, dominés notamment par les groupes financiers et bancaires américains, plus du tiers des transactions. Certains l’évaluent même à quelque chose comme 40%. Et comme les transactions russes se faisaient jusqu’ici majoritairement en dollar américain, les Etats-Unis ont raison de trembler devant cette nouvelle donne.

Conséquence : les lamentations occidentales ne font que commencer et certains géants financiers ne le cachent d’ailleurs pas. A commencer par le groupe de cartes bancaires MasterCard, qui avait pourtant, une semaine auparavant, procédé au blocage des opérations des banques russes Rossia et SMP, au titre des sanctions prises par le monde occidental contre la Russie. L’autre groupe américain Visa avait fait de même en cessant, sans préavis, de fournir ses services de paiement aux clients de ces institutions financières. Selon certains économistes, les compagnies américaines Visa et MasterCard assurent actuellement, à elles seules, jusqu’à 90% des paiements effectués par cartes bancaires à l’intérieur de la Russie. MasterCard, qui n’avait, apparemment pas prévu cet effet boomerang, a publiquement exprimé sa préoccupation face à la décision de la Russie de créer son propre système national de paiement.

Lire la suite

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

marine-le-pen-2012-2

La rentrée approchant, le ministre Montebourg s’est senti obligé dans un entretien au Monde de ressortir sa machine à enfumer.
Le procédé est grossier, tant il est éculé de sa part : voilà plus de deux ans qu’Arnaud Montebourg dénonce très régulièrement la politique économique du gouvernement, soumise à celle de l’Union Européenne. Voilà plus de deux ans qu’il tonne régulièrement contre la monnaie unique, la BCE, l’austérité,…

Mais pour quels résultats ? Aucun évidemment car l’objectif du ministre Montebourg n’est pas de réorienter la politique économique et européenne mais simplement de tenter de tromper quelques électeurs qui pourraient être sensibles à son discours !
Il est démontré qu’Arnaud Montebourg n’est pas sincère : s’il l’était, depuis très longtemps déjà il aurait quitté le gouvernement.

Marine Le Pen appelle à tourner la page des sorties verbales à répétition de Monsieur Montebourg, elles sont lassantes et ne sont au fond que mépris pour les électeurs.
Elle demande au contraire du concret : une rupture rapide avec les dogmes ultralibéraux de Bruxelles et la défense d’un patriotisme économique français plutôt que la soumission à l’Allemagne.

Benjamin Bayart – La sécurité généralisée et ses perspectives

Nous devons nous nourrir de réflexions extérieures qui ne sont pas forcément de notre bord.

Benjamin Bayart participe à un entretien concernant les traces que l’on laisse avec tous les supports numériques (les portables, les tablettes, les smartphones…) sur la toile. Il évoque aussi  l’évolution des technologies dans l’histoire de l’humanité et ses perspectives à long terme.

A méditer.

Stéphane Emmanuel

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

624517marinelepenfrance

Le nouveau trimestre de croissance nulle que vient de vivre la France doit définitivement alerter nos compatriotes sur l’incompétence grave de nos dirigeants successifs, incapables année après année de remettre en cause les dogmes absurdes qui guident leur politique économique.

Il est maintenant pourtant plus qu’évident que la politique économique de la zone euro est un échec total et qu’il convient de changer de modèle. L’austérité aggrave la crise, en déprimant la consommation comme l’investissement et la production. L’euro continue d’enfoncer nos pays dans la sous-croissance et la désindustrialisation. L’ouverture totale des frontières et le refus de toute forme de protectionnisme accélère la disparition de notre industrie.
Hier, le numéro 1 du Parti Socialiste M.Cambadélis souhaitait un grand débat national sur la politique économique en France et en Europe. Nous lui répondons chiche, mais à condition bien sûr que le débat soit total, et qu’il porte sur l’ensemble des sujets que le PS comme l’UMP ont jusqu’ici toujours refusé de discuter par pur dogmatisme…

Ainsi, nous porterons dans le débat l’idée que la France doit tourner le dos à une austérité ravageuse et retrouver des muscles face à la mondialisation sauvage par une monnaie nationale enfin adaptée à ses besoins, un protectionnisme intelligent comme le pratiquent tant de pays dans le monde, et un patriotisme économique pleinement assumé, en soutien en particulier à nos TPE, PME et PMI. Cette politique de dynamisation économique et sociale ne se fera pas dans le cadre anesthésiant de l’Union européenne.

Déclaration du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux, 12.08.2014

Le monde entier a assisté, stupéfait, à ce qu’on appelle désormais « la restauration du califat » qui avait été aboli le 29 octobre 1923 par Kamal Atatürk, fondateur de la Turquie moderne.

La contestation de cette « restauration » par la majorité des institutions religieuses et politiques musulmanes n’a pas empêché les jihadistes de l’« Etat Islamique » de commettre et de continuer à commettre des actions criminelles indicibles.

Ce Conseil pontifical, tous ceux qui sont engagés dans le dialogue interreligieux, les adeptes de toutes les religions ainsi que les hommes et les femmes de bonne volonté, ne peuvent que dénoncer et condamner sans ambiguïté ces pratiques indignes de l’homme:

-le massacre de personnes pour le seul motif de leur appartenance religieuse;

-la pratique exécrable de la décapitation, de la crucifixion et de la pendaison des cadavres dans les places publiques;

-le choix imposé aux chrétiens et aux yézidis entre la conversion à l’islam, le paiement d’un tribut (jizya) ou l’exode;

-l’expulsion forcée de dizaines de milliers de personnes, parmi lesquelles des enfants, des vieillards, des femmes enceintes et des malades;

-l’enlèvement de jeunes filles et de femmes appartenant aux communautés yézidie et chrétienne comme butin de guerre (sabaya);

-l’imposition de la pratique barbare de l’infibulation;

-la destruction des lieux de culte et des mausolées chrétiens et musulmans;

-l’occupation forcée ou la désacralisation d’églises et de monastères;

-la retrait des crucifix et d’autres symboles religieux chrétiens ainsi que ceux d’autres communautés religieuses;

-la destruction du patrimoine religieux-culturel chrétien d’une valeur inestimable ;

-la violence abjecte dans le but de terroriser les personnes pour les obliger à se rendre ou à fuir.

Aucune cause ne saurait justifier une telle barbarie et certainement pas une religion. Il s’agit d’une offense d’une extrême gravité envers l’humanité et envers Dieu qui en est le Créateur, comme l’a souvent rappelé le Pape François. Lire la suite

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Marine Le Pen, France's National Front leader, speaks during a news conference the day after the first round of local elections at the party headquarters in Nanterre

L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la France de l’espace Schengen.

L’Europe passoire voulue par l’UMPS, celle de Schengen et de la libre circulation, accélère le phénomène d’une immigration clandestine devenue massive et incontrôlable. Chaque jour ou presque, des clandestins débarquent en Italie par centaines voire par milliers, et de là se dirigent vers la France ou d’autres pays d’Europe.

L’Etat, de l’aveu même des services concernés, est littéralement débordé par ces flux de migrants clandestins. Centres d’accueil et centres de rétention sont saturés, et les moyens humains manquent cruellement pour faire face au nombre exponentiel des nouveaux arrivants. Lire la suite

Loi du 03 janvier 1973 – Michel Rocard donne raison à Marine Le Pen

Loi du 3 janvier 1973 sur la Banque de France : Les aveux de Michel Rocard sur Europe 1 le 22 décembre 2012….et les 800 000 milliards de dollars (98 % en spéculation sur les marchés…). A entendre !

Stéphane Emmanuel