Bourdin Direct : Marine Le Pen – 31/07

Une intervention salvatrice de Marine sur différents sujets d’actualités : la position de la France sur le conflit Israélo-palestinien, les terribles erreurs de l’ancien président Sarkozy sur la Libye, le paiement des rançons aux djihadistes et le général Bertrand Soubelet sanctionné pour avoir dit la vérité…

Stéphane Emmanuel

Communiqué de Karim Ouchikh, Président exécutif du SIEL

Karim.343-300x300

Communiqué de Karim Ouchikh, Président exécutif du SIEL, Conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie et à la Liberté d’expression, Conseiller municipal de Gonesse

Il y a huit siècles, le dimanche 27 juillet 1214, le roi Philippe Auguste écrase à Bouvines, près de Lille, les armées coalisées de l’empereur allemand Otton IV et ses alliés français, le comte Renaud de Boulogne, le duc Henri de Brabant et le comte Ferrand de Flandre, quelques semaines tout juste après que son fils Louis, le futur Louis VIII, eut défait au château de la Roche-aux-Moines, près d’Angers, l’armée anglaise conduite par le roi d’Angleterre, Jean sans Terre.

Avec cette victoire sans appel, Philippe Auguste brise une coalition internationale soudée par une commune détestation du roi de France, consolide la cohésion d’un royaume qui se bâtit autour de la personne sacrée du souverain et confirme la montée en puissance d’une monarchie capétienne dont la légitimité politique fut reconnue alors aussi bien par les milices communales que par les forces de la chevalerie. Dans notre mémoire collective, la bataille de Bouvines occupe une place toute particulière : acte de naissance de la Nation française, cette victoire militaire manifeste l’unité politique d’un royaume dont le territoire ne cessa de s’agrandir et de se renforcer, au fil des siècles, sous l’action éclairée de la monarchie capétienne.

En ce début XXIème siècle, la France tourne paradoxalement le dos à ce processus historique fécond qui a conduit notre pays, de l’Ancien régime à la République, à achever son unité territoriale et à perfectionner les instruments de sa souveraineté autour d’un Etat fort et respecté, en embrassant désormais une aventure européenne régressive dans laquelle la Nation française ne peut qu’y perdre son âme. Pour tous les patriotes qui oeuvrent aujourd’hui avec détermination contre les partisans coalisés de l’après-France, à Bruxelles comme à l’intérieur de nos frontières, Bouvines doit rester une boussole politique essentielle.

Communiqué de Karim Ouchikh – Président exécutif du SIEL

Communiqué de Karim Ouchikh, Président exécutif du SIEL, Administrateur national du Rassemblement Bleu Marine, Conseiller de Marine Le Pen à la Culture et à la Francophonie, Conseiller municipal de Gonesse

L’armée française se meurt. Silence dans les rangs !

Lors des cérémonies militaires du 14 Juillet, nos soldats défileront au pas cadencé sur les Champs-Elysées, mais le cœur n’y sera pas. Certains penseront au sort incertain de leurs camarades du 3e RPIMa de Carcassonne sur le point d’être dissous, d’autres songeront au dénuement matériel enduré par nos unités actuellement en opérations extérieures, au Mali comme en Centrafrique. Tous éprouveront un même désarroi.

Grande est la misère qui frappe nos forces armées ! D’année en année, au fil d’une loi de programmation militaire perpétuellement révisée, les effectifs de nos unités combattantes fondent comme neige au soleil : entre 2009 et 2019, nos armées auront perdu 80.000 soldats et 7.500 postes sont menacés rien qu’en 2015. Nos troupes sont notoirement sous-équipées, au point de compromettre la sécurité de nos soldats sur les théâtres d’affrontements extérieurs : de l’aveu même du général de division Vincent Desportes, «seul un avion sur deux est capable de décoller. Seul un navire de guerre sur deux peut prendre la mer » ! Dans les casernes, la colère gronde partout : locaux insalubres, pénurie de munitions, rationnement du carburant, soldes impayées… Lire la suite

Communiqué de Karim Ouchikh – Président exécutif du SIEL

karim-ouchikh-275px_350

Communiqué de Karim Ouchikh, Président exécutif du SIEL, Administrateur national du Rassemblement Bleu Marine, Conseiller de Marine Le Pen à la Culture et à la Francophonie, Conseiller municipal de Gonesse :

Le tribunal de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) a annulé ce vendredi le plan social de la société Mory Ducros dont dépend le sort de 2.800 salariés sur les 5000 employés que comptait voici peu cette entreprise. En invalidant ce plan, homologué en mars dernier par l’administration au grand dam des salariés, la justice vient de désavouer avec éclat Arnaud Montebourg qui s’était fortement impliqué dans la faillite retentissante du deuxième transporteur français.

Cette annonce, fâcheuse pour la crédibilité gouvernementale, intervient au lendemain de la présentation solennelle par le ministre de l’Economie de son programme de relance économique : le locataire de Bercy y confirme sa volonté de libéraliser l’économie en s’attaquant notamment aux professions règlementées. Lire la suite

Point Programme du RBM-FN, la Dette :

Reprise du site du Front National :

 « Le poids de la dette publique en France est devenu insupportable, fruit de trois décennies de dérives, de la crise financière et européenne ouverte en 2008, d’une dépendance inadmissible vis-à-vis des marchés financiers et d’une gestion calamiteuse des finances publiques dans les cinq dernières années. Sous la pression grandissante des marchés et des agences de notation, c’est la souveraineté de la France qui est menacée. En 2012, la maîtrise de notre dette est un impératif national urgent, qui rend nécessaire une rupture avec les politiques passées d’irresponsabilité.

ANALYSE

  • La dette publique de la France avoisinera fin 2011 1700 milliards d’euros soit 85% de la richesse nationale produite chaque année. Fin 2010, elle représentait 59000€ par ménage. Fin 2012, elle devrait approcher 1800 milliards d’euros.
  • Le quinquennat de Nicolas Sarkozy marquera un record historique pour l’accroissement de l’endettement public. Fin 2006, la dette atteignait déjà 1150 milliards d’euros, soit 64% du PIB. En cinq ans, la dette a donc été accrue de plus de 500 milliards d’euros soit +47%. Le Président sortant restera comme « le Président de la dette ». La crise explique bien entendu une partie de cette dérive sans précédent, mais elle est loin de tout expliquer. La Cour des Comptes a souligné la mauvaise gestion des deniers publics par Nicolas Sarkozy : le déficit structurel (5% du PIB en 2010), non lié à la crise, représente deux tiers du déficit actuel et provient directement de la politique irresponsable menée en 2007 et 2008 qui a baissé les recettes de l’Etat sans baisser significativement ses mauvaises dépenses et qui a laissé les collectivités territoriales dépenser toujours plus.

Lire la suite

Gilbert Collard – Député du Gard

Le monument aux morts, le drapeau, et la poubelle

Trois adolescentes de 16 à 17 ans ont été placées en garde à vue pour avoir brûlé deux drapeaux tricolores à Chevilly-Larue, dans le Val-de-Marne, devant le monument aux morts, place de l’église, avant de les jeter dans une poubelle !

Le maire communiste a déposé plainte pour destruction d’un symbole républicain. On ne peut que le féliciter. Les morts du monument aux morts sur la mémoire desquels flotte le Drapeau ont droit au respect. Notre Drapeau aussi ! Les morts, le drapeau et la poubelle, et pour compléter le symbole, la place de l’église, horrible raccourci qui en dit long sur l’état d’esprit d’une certaine jeunesse devant notre Histoire jetable comme l’ordure dans la poubelle municipale. On peut toujours commémorer le souvenir de la Grande Guerre, le souvenir est en cendre. Pourquoi l’édile éprouve-t’il le besoin de qualifier cet outrage de « bêtise » et le journaliste de la Charente Libre, qui n’est libre que parce que des hommes sont morts le ciel dans le drapeau, minore les faits en citant des riverains – lesquels ? -, qui « relativisent pour la plupart la gravité du délit »…

Lire la suite

Communiqué de Presse du FN – RBM

SMIC allemand : après les européennes, retour à la dure réalité…

Dans le but évident d’apaiser la légitime indignation des agriculteurs et des salariés de l’agroalimentaire, PS et UMP ont, dans une belle unanimité, annoncé durant la campagne des élections européennes que la mise en place imminente d’un salaire minimum en Allemagne suffirait à mettre fin au dumping social dont les filières agricoles et agroalimentaires de ce pays se sont fait une spécialité.

Maintenant que les élections sont passées, le Bundestad (le parlement allemand) explique qu’il devrait, dans les jours à venir, aménager une dérogation pour les employeurs de saisonniers qui pourront déduire les frais d’hébergement et de nourriture du fameux salaire minimum, et donc continuer à employer des centaines de milliers de travailleurs originaires des pays d’Europe centrale à un prix dérisoire, en usant et abusant de la directive sur le détachement des travailleurs… Si les industriels de la viande se sont engagés à élever les salaires pratiqués, les syndicats allemands expliquent déjà que le dispositif sera aisément contournable.

Cet hiver, le gouvernement socialiste promettait que la réforme de la directive sur le détachement des travailleurs et la mise en place du salaire minimum allemand suffiraient à rééquilibrer la situation en faveur de notre pays. Il est désormais clair que rien ne changera. Ceux qui ont tant promis devront répondre des emplois que continuera à détruire cette double forfaiture.

Marion Maréchal-Le Pen était l’invitée de LCI mardi 1er juillet 2014.

Marion Maréchal-Le Pen était l’invitée de LCI mardi 1er juillet 2014.

« …Nicolas Sarkozy est un justifiable comme les autres…Il y a une succession d’affaires…cela fait bien longtemps que Nicolas Sarkozy est disqualifié…il n’est plus en mesure d’incarner le renouveau…On brûle aussi des drapeaux français…cela ne suscite pas l’indignation généralisée...Les associations anti-racistes ont l’indignation à géométrie variable… »

Merci Marion.

Stéphane Emmanuel

Quel avenir le traité « TISA » réserve-t-il aux services publics français ?

Marine-Le-Pen

Marine Le Pen :

Je souhaite alerter tous les Français sur un nouveau traité, dénommé « TISA », portant sur les services privés et publics, en cours de négociation entre l’Union Européenne, les Etats-Unis et quelques autres pays.

Ce traité est négocié dans le plus grand silence : si le gouvernement de François Hollande a donné le 19 mars 2013 son accord pour que la Commission Européenne discute de nos services publics avec les Etats-Unis, il n’en a aucunement informé les Français. Les députés européens UMP et PS ont de concert donné leur accord lors d’une session du Parlement Européen de juillet 2013.

Ce traité porte sur tous les services, qu’ils soient publics ou privés : Eau, Electricité, Gaz, Santé, Education, Transports, Poste, Télécommunications …

Les objectifs des négociations sont les suivants :

. les services publics seront ouverts le plus possible à la concurrence privée et internationale.

. les entreprises de services publics ne pourront pas bénéficier d’avantages sur les entreprises privées qui les concurrenceront. Le service public est ainsi rattaché au secteur concurrentiel privé et son existence est remise en cause. De minces filets de protection seraient prévus.

. comme dans le traité de libre-échange transatlantique, les normes et les règles dans les services de l’Union Européenne devront se rapprocher de celles des Etats-Unis. Lire la suite